Alice Ferrières : critique littéraire

Adressé à Alice Ferrières
"Chère Mademoiselle...", de Patrick Cabanel

Alice Ferrières, protestante, ne pouvait supporter l'injustice de voir les Juifs persécutés durant la Seconde Guerre mondiale. Son journal vient d'être publié.
À partir de 1941, cette professeur de mathématiques au collège de jeunes filles de Murat, a participé, avec une énergie hors du commun, au désenclavement intellectuel du Cantal, dans une France engluée dans la xénophobie. Scandalisée par le statut des Juifs, elle a noué des contacts avec les communautés juives de Nîmes, de Montpellier et de Clermont-Ferrand pour proposer son aide.
Elle entretient une riche correspondance avec des réfugiés internés dans les sinistres camps du sud de la France (Gurs, Rivesaltes, Noé), elle envoie des colis. Cette résistante civile engagée dès la première heure aurait pu cacher ses actions tout au long de cette sombre période. Mais la particularité d'Alice Ferrières est d’avoir tenu un journal minutieux, fourmillant de détails (le cadeau d'anniversaire, l'adresse des personnes à contacter quand la guerre sera finie, pour rendre l'enfant juif à sa famille ou, si elle a disparu dans la Shoah, à ses plus proches parents).
Un journal qui, s'il n'y avait pas eu Marthe Cambou (qui gardait le carnet d'Alice en cas de danger) ou Marie Sagnier, deux collègues de cette chère Mademoiselle, aurait pu conduire à des arrestations dévastatrices. Alice, Marthe et Marie ont été déclarées Justes parmi les nations par Yad Vashem.

La Montagne, 05 mai 2010

affiche PO
Dimanche 24 juin
toute la journée
Journée Portes Ouvertes
à la piscine
Information complète à venir

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee